Nawras



Confuse comme une image troublée dans les pensées de l’eau..
comme une cicatrice au plus profond de nous, qui saigne tantôt
et tantôt se fige..
comme une tige
qui tremble au passage du vent,
chantant attristé la symphonie des saisons..
comme une brise qui tourmente les ruisseaux,
comme une danse torride
qui viole les minutes des bras du temps,
comme un baiser, doux, timide
sur les lèvres salées des sirènes qui chouchoutent le ciel chaud
et qui brisent les cœurs des princes charmants..
Confuse comme les vitres de nos fenêtres humides
fredonnant les larmes du ciel draguant, avec pudeur, les rideaux
enlaçant la fièvre de ses rides..
Confuse comme une larme qui contemple, hésitée, un sourire doux et timide
du peur de traumatiser ses rêves
et écraser ce qui lui rend beau..
unique et splendide
Confuse comme ta voix douce
qui enchaine mon corps
l’entraine dans la mélancolie des nuits
souffrantes du vide
Confuse comme les vols des oiseaux
qui ont toujours peur de perdre leurs chemins
de faner étrangers, victimes du destin
qui choisit des fins
cruelles et sordides
Libellés : 2 commentaires | edit post
Réactions : 
Nawras



تلمّس أخاديد قلبي
ومارس الحب معه
ضم انفاسي اليك
واجتث من كياني وجعه
كن لطيفا وانت تعانقني
فاني اخاف من الحب شبعه
اتلف تناهيدي،
غص برفق في وريدي
اسكن ارتعاشاتي
بقبلات صغيرة
تغطيني..تسافر كالفراشات
على جسدي..
تلفني..تغازلني..
تخدرني كزوبعة
هدهدني طويلا
لكي اغفو
فانا محتاجة الى النسيان
على مرفإ كالمنفى
يحرّرني من نفسي
ومن غثياني
على ارصفة الذكرى
انا المجهول يبتاع تذكرة
ليتغرّب بين الاوطان
فيدخّن كل احزانه.. وايامه..
ويرفسها، تلك الاقلام التي فينا
تموت وتحيا كسيجارة
لها منطق..
تمزقنا اذا تنطق..
تحرقنا فنحتار
في سرّ تشبّثنا
بغرامها فينا
وتنسينا
بأشواق دخانها المسجون
غباء الزمن المهدور
على خلجات ماضينا
انا حبرك.. بلا لون
أعقّب على الاحرف
انا ضمّة.. انا فتحة.. وسكون
أتغرينا رقصات تمّوز
على ضحكات الموج
وهو يبلّلنا
ويسكب تحت قدمينا
نبيذا مالح الطعم
تدغدغنا برودته
فنغفو فوق ذراعيه
والشمس فوقه
تدفئنا وتغرينا..
كم ستطول رقصتنا؟
يوما، ساعات أوحينا
ماعدت أكترث
بالتعب.. فحلمنا
إذا تعب مات..
وإن مات يدمينا
Libellés : 0 commentaires | edit post
Réactions : 
Nawras



القلم الصامت يستهتر بدموعي
فيا خلجات قلبي المنسية
أتذكر بعد لذع دموعي
وهي تمزق أحشاء الوجع
تسحق في غضب كل شراييني
وضلوعي
يامنفى الاحزان.. يا وطنا
تقطنه الغربان.. يازمنا
للموت قد استل
ليالي وحدتي وخشوعي
ماعدت أدرك أأمقتك
وأبتاع سكوني
والفرح لعيوني
فأنت كالجرح لايبرأ
إلا بزوالي وجنوني
إن كان موتي بك قدري
فياله من قدر ملعون
سطر آلامي بإصبعك
أوغله بكياني
راجع بطولاتك في قتلي
فدمارك أعتى من
موجة طاعون
أنت كالمد تختال،
تحتال
ثم كالجزر تغتال
بسمات جفوني
أشهد كل النجوم عليّ
بأن من أبكى يديّ
وخضّب بالدم الخاثر كفيّ
وأسال التوت الأسود
من شفر عيوني
أنت.. وقسوتك..
وأنفاسي التائهة
في بحر الألم المدفون
حيث جثث الموتى..
قتلاك..
ضحايا كرهك التاريخي
وعجرفة عبثك المفتون
بأنين الدمع المصلوب
على خاصرة الحزن المكفون
Libellés : 0 commentaires | edit post
Réactions : 
Nawras



Ce poème (ou texte en proses) est écrit au fur et à mesure que je regardais le film "The Edge of Love" (merci mon tit soleil ♥ pour me proposer de regarder ce film). Le film parlait d'amour, de guerre, d'amitié mais surtout il y avait de la poésie dedans, vu que l'un des quatre héros était un poète. Parler de certaines parties en les regardant et les sentant, décrire tout ceci avec des mots était mon but. ça a donné le résultat suivant, une série d'impressions, ou de mots inspirés par le film :

1ère impression
ah folie d'artistes, je boude les étoiles qui ont fait de la vie ma muse!
L'arme de la guerre transformera t elle l'amour en poésie?
Allumons une cigarette pour fêter la folie!

2 ème impression
amour sous les bombes!
des booms qui font vibrer les têtes!
et l'odeur du vin, accompagné de celle des cigarettes!
Ah putain qu'est ce que vous faites!

3ème impression
"vis la vie tant qu'elle est là.. et vis la fort"..
et si un jour, on se demande pour demain..
oublies de parler de la mort

4ème impression
ça fait mal de lire dans ses yeux
cette odeur de sa cigarette respiré
sur le corps d'une autre femme
qui dormait juste à coté.. qui rêvait..
âme tranquille d'un soit disons passé..

5ème impression
"tais toi et danse"..
flotter dans cette vague de turbulences
entre mille et une illusions.. et explosion...
morts.. silence..

6ème impression
enflammé était son regard..
perturbée était sa voix..
"tous ces morts pourquoi?"
soldat de la guerre était devant elle,
caressant sa joue, la regardant tout droit..
essuyant ses gouttes de tristesse éparpillées..
"fais moi l'amour" lui demanda t elle..
et comme un étranger, il lui faisait le serment de ne jamais lui faire du mal ...
et qu'à elle il fera attention ... ♥

7ème impression
"une étincelle dans la foret"..
déchirés entre un premier amour et un grand amour..
certains pardonnent le passé..
et la plupart ne l'oublie jamais..

8ème impression
"tu es mon seul amour.. tu es mon seul désir.. j'abandonnerai tous les honneurs pour toi.."
les lettres qui viennent de là bas..
du fond du coeur..
écrites d'amour versé sur la souffrance des combats..
saura-t-il un jour, lui l'amoureux soldat, que dans 9 mois, il sera papa?

9ème impression
"reviens Wiliam.. reviens"..
avions qui sèment les hurlements et la mort,
les bébés grandissent loin des pères
qui meurent dans le froid de ce que l'être humain a appelé Guerre
pour honorer le chagrin..
et c'est ainsi que l'histoire de la douleur
est mémorisée dans les esprits de nos enfants orphelins..

10ème impression
"un poète a besoin de plusieurs femmes pour nourrir son inspiration"..
une femme a besoin de tromper pour venger sa colère et son mécontentement..
l'odeur du vin fait tourner les têtes et les coeurs qui perdent leurs chemins vers la paix..
et tout ce qui reste dans cette maison
n'est que la voix d'une maman
qui fredonne une chanson
pour son bébé lui promettant le retour de son père
de la maudite guerre..

11ème impression
trahir la femme qu'on aime..
trahir la femme qu'on est..
trahir l'amie qu'on a..
les sentiments ont ils de la valeur dans ce monde infidèle qui masturbe les larmes?
l'encre coule à flot sur les bouts des papiers lamentablement jetés sur le dos de la connerie humaine..
qui nous éblouie, nous pousse à pêcher et dans le regret nous enchaine!

12ème impression
souffle le train de sa vie..
le retour a t il toujours ce sens unique
qui nous met dans tous les états du plus gai au plus tragique?
les mois de guerre volent nos coeurs
et nous laissent des souvenirs floues et à peine chers..
auras tu le courage de lui dire que tu l'aimes encore?
auras tu ce picotement dans ton coeur
quand tu toucheras avec les bouts de tes doigts son corps?

13 ème impression
miroir..miroir.. qui est cette belle femme qui tient un bébé et qui dormait mal les soirs?
L'ombre de son homme aux yeux bleus, est rentré de nulle part
avec son arme et son silence..
qu'avait il gardé dans sa mémoire à part les cries des blessés et la voix de la mort?
et ses sentiments pour elle ont disparus quelques part sur les rangs d'un armoire..

14 ème impression
fantômes de guerre qui hantent ses nuits..
son absence fera t elle d'elle une femme qui trompait son mari?
il regardait son bébé, croyant que ce n'est pas de lui qu'elle l'a fait..
boire pour oublier c'est ce qui lui reste à faire pendant la période de la paix..

15 ème impression
Ses larmes au couleur du cristal murmuraient dans ses yeux la chanson de la pluie,
elle avait aimé un homme, elle avait un mari..
son amour de jadis s'est vengé de son âme et a cicatrisé sa vie..

16 ème impression
homme de mots vivant d'illusions!
Femme réelle chatouillant son crayon!
Si la vie n'est que des mots, que feront nos envies et nos sentiments?
transformés en lettres d'or..en prose, en vers qui sonnent fort..
le rythme d'un romantisme sonore
qui s'écoute ou se lit n'est qu'un bombardement à vie,
étonnant, secouant mais ne satisfaisant jamais nos véritables attentes et nos profondes envies!

17 ème et dernière impression
Un échange de sourire qui signe la beauté d'une amitié..
l'amour a toujours su gâcher quelque chose
dans son mémorable passage sur nos chemins liés..
Conclusion de l'histoire : il était une fois, un homme, deux femmes et un soldat,
ils se sont aimé,
chacun d'un amour distingué..
et quand est venu le jour de se quitter,
les deux amies ont échangé un beau sourire qui enlaçait
la mélancolie des triches, des tromperies et de ce désordre émotionnel torturant..
qui a tout su faire sauf oublier leur promesse de rester amies pour la vie!
Libellés : 6 commentaires | edit post
Réactions : 
Nawras



Entre deux silences, 
des dizaines de pensées et de sensations passent .. 
et règne le silence, 
mortel qu'il soit, 
féroce comme il le doit, 
il ne fait que perturber la tranquillité des moments 
qui reculent et à peine avancent!
un tic tac coincé .. 
un sursaut, une turbulence.. 
et le vide qui cherche la fuite, 
se décharge de ses tentations 
et vite 
augmente sa peur éternel des circonstances..
comme un coeur tendre 
qui court derrière les vagues, qui rêve des iles lointaines.. 
et comme un Robinson, craint de finir en cendre.. 
peur de rêver.. peur d'avancer.. 
mais surtout peur de tout gâcher! 
et le tic tac continue.. emet des picotements, un peu de bruit.. 
qui s'entretue avec le silence..
la chaleur de la solitude merveilleuse mais au fond promet la souffrance.. 
la fraicheur de l'amour qui commence 
par un sentiment profond 
mais qui risque de s'achever en tout instant.. 
pourtant détient l'envie de tenter sa chance.. 
de s'approcher encore de ce coeur timide, 
émerveillé par le charnel sentiment de la cruauté et de la culpabilité.. 
il s'approche.. il s'accroche.. silence.. 
il hésite.. il lutte contre sa volonté..
silence...
Libellés : 2 commentaires | edit post
Réactions : 
Nawras



Ah mon âme d'artiste qui se perd en moi, 
délivre mes doigts de ces sentiments amers 
qui flottent sur l'océan de mon coeur.. 
Mais qui y a-t-il en moi? 
Et ce profond chagrin qui me doit l'honneur 
de palpiter en moi.. 
Cruel qu'il soit, sans sens, sans raison
il me déchire de l'intérieur.
Je flotte dans le vide, entre deux mondes
et trois guerres,
et je me noie dans le silence qu'ont crée 
deux regards échangés
entre le soleil et la lune
dans l'obscurité de la lumière..
Je crains que les miracles ont perdu leur chemin 
vers mes éternels douleurs 
et que le moment a pris le courage 
d'isoler dans les désertes terres et dans le même prison 
ma tristesse et mon bonheur! 
Le mal est fait : si je libère l'un, l'autre est délibéré.. 
Quelle décision devrai-je prendre.. 
c'est de Moi que j'ai peur!
J'ai mutilé mon cahier, mes veines, mes pensées,
j'ai déchiré mes mots, mes sourires, 
ah comme ils étaient tendres ces derniers!
J'ai perdu mes folies, 
j'ai inscrit mes bêtises sur les nuages du printemps 
qui traversaient le vent et annonçaient la mélancolie du souvenir intense
d'un été passé..
qui ne reviendra jamais..
et les souvenirs délicieusement brulés 
avaient le gout du citron..
frais et à peine sucré..
L'ivresse du moment a cajolé le risque 
de lier deux mondes, jadis, détachés
et j'ai pris le temps de me reposer la question
sur les quatre péchés jamais pardonnés :
Aimer.. souffrir.. oublier.. excuser..
Que ton âme repose en paix, toi, précieux sentiment
fils de la colère et de la paix! 
Libellés : 2 commentaires | edit post
Réactions : 
Nawras



ضم عينيّ إليك
وارتشفني
عطّر الدمع بجفنيّ
واكسرالصمت
وانفذ إلى أحلامي
قاسمني شرودي
وهدهد آلامي
وأعدني منّي إليّ
كن قويّا
حين تساندني
كن لطيفا
ويداك تربتان 
في رفق على يديّ
أمهلني كل وقتك
واترك الغيم
يناجي أشباحنا
في المساء
ويخبئنا عن عيون
بندقيّة

حبنا كقصة الوجع
الذي فيه رائحة الشرف
مخضبة بأنفاس الوطنية
فاهمس في أذني
قصيدة تتغنّى
بالرجولة
والضفائر الريفية
واكتتبني
على رموش الورد
فعطره ينشيني
ويجدد الامال
فتشرق ابتساماتها 
كالشمس في شفتيّ
وإذا أقسم القدر
وافترقنا فاكتبوا
بدمائنا القرنفليّة
على قبرينا
بأنّا شهيدا حبّ أعظم
من مفارقات الزمان
وخطابات الانسانيّة
Libellés : 2 commentaires | edit post
Réactions : 
Nawras



Ce n'était pas une simple rupture avec le monde extérieur.. c'était un rejet total de l'autre et de moi même. La brutalité et souvent l'incompréhension de l'autre détournaient mes tentatives de faire face aux problèmes. La même déception dans ses différentes formes et l'impossibilité de stimuler à la fois sa réaction et ma propre réaction.. Un choc émotionnel sur tous les plans, un besoin énorme de tout fuir, de tout rejeter dans le but de minimiser les dégâts, on dirait une tempête ou un volcan que j'essaie avec inquiétude de calmer, mais en enterrant ses cries, je me brulais avec.. Ce n'est plus une seule feu qui malmenait en moi, mais un énorme incendie qui venait de nulle part pour rendre tout mon être des cendres.
Et vous, mes amis, qui tendaient leurs mains vers moi, je vous éloigne pour vous éviter le chagrin qui habite mes yeux, je vous épargne la douleur de faire face à la bête de la colère qui s'apprête à sortir et que j'essaie de calmer désespérément. Cette bête qui est mon autre moi qui souffre et qui me fait souffrir.. et qui vous fera souffrir si vous vous approchez de moi.
Toute émotion d'amour ou d'amitié est suspendue! Toute possibilité de communication avec l'autre est rejetée! De tout le monde et de moi aussi je me sens détachée.. jusqu'à une prochaine réconciliation avec les deux !
Libellés : 2 commentaires | edit post
Réactions : 
Related Posts with Thumbnails